Site de Léonce BOURLIAGUET

L’Enclume

 

 

 

 

 

Dix ans, petit, trapu, la tête en forme de poire, la face très plate, il ouvrait de petits yeux vifs, chinois, insolents, montrait un menton pointu et volontaire, un air de force et de santé, bien que d’un teint de citron sec : c’était Jean Authiat, dit l’Enclume (...)

Il venait de rouvrir sous le préau le négoce qui lui avait valu son sobriquet métallurgique. Assis sur le bloc qui servait à couper les fagots, il offrait son crâne rasé aux amateurs. On lui avançait tout d’abord une pièce de monnaie, c’est-à-dire une bille, un bouton de culotte ou une noix, et ce versement donnait le droit de lui assener à main plate sur la tête une magnifique calotte.

Les chalands y allaient l’un après l’autre, de toutes leurs forces : clang ! l’Enclume restait impassible, n’accusant le coup que par un léger recul d’arme automatique, mais le frappeur sautait en l’air, agitait ses phalanges convulsivement et soufflait dessus. Pourtant, l’esprit sportif l’incitait bientôt à recommencer. Plusieurs se mettaient ensemble pour imiter une ronde de forgerons, de sorte que le préau était tout crépitant de claques retentissantes.

Dans un coin de la cour, ceux qui se trouvaient trop dépourvus pour s’offrir cette coûteuse distraction se contentaient du seul autre amusement qui fût connu à l’école de Saint-Pastour depuis des générations : ils jouaient aux vaches. L’un était le berger, l’autre le chien, le reste faisait mine de paître, errait, meuglait, s’affrontait cornes à cornes et fuyait quand le bon labry accourait en aboyant.

Tout à coup le maître reparut sur le seuil de sa cuisine. Le Grand Piri, qui se trouvait derrière l’Enclume, crut plaisant de profiter de ce que M.Prunereau avait le dos tourné pour lui donner une légère tape. Alors l’Enclume se mit à pousser des cris lamentables en versant un torrent de larmes, ce qui valut à l’agresseur de recevoir une calotte qui était un important multiple de la sienne. Durant toute la classe du soir, l’Enclume simula un grand mal de tête et reçut la permission de se reposer, car M.Prunereau, effrayé, craignait déjà que le coup porté par le Grand Piri ne provoquât une otite aiguë ou une méningite.

Aussi fut-il bien aise de le voir redevenir frisque et dispos quand quatre heures sonnèrent, donnant le signal de la sortie.

 

« Le moulin de Catuclade »